L'ancien hôtel-Dieu Banon
L'ancien hôtel-Dieu Banon

Les stages

Aménagement de la maison pour démarrer les stages

L'inénarable Edgar qui nous aida à faire la plomberie puis a disparu

En 1976, suite à la rencontre de Serge Devic , créateur et responsable du Centre artisanal de Puyharas, pendant les vacances de Pâques, nous nous sommes lancés dans la grande aventure des stages d'été. Un article ditirambique dans la revue "Cent idées" sur les stages avait provoqué une avalanche de demandes pour des ateliers de photo et de danse qui n'existaient pas !  Serge nous a donc proposé de les prendre en charge à l'ancien hôtel-Dieu, selon une formule mixte avec les stages chez nous et les repas de midi et du soir à Puyharas. Mais pour accueillir les stagiaires, il fallait aménager une salle de danse, un labo photo, quatre chambres, un service pour le petit déjeuner, de l'eau chaude à tous les étages, .... un pari fou pour lequel nous n'avions que trois mois devant nous. Nous avons donc lancé les travaux à Pâques pour un accueil des premiers stagiaires début juillet 1976. Au programme :

  • aménager quatre chambres au troisième étage, dans ce qui n'était alors qu'un grenier. Il a fallu pour ce faire, démonter le plancher, en carreaux, chappe de chaux et solivaux de bois, descendre les poutres de 60 cm (exercice de fous réalisé au dessus de deux étages de vide car le maçon qui faisait la salle de danse au deuxième étage avait lui aussi démonté le plancher, coffrer, couler une dalle béton, faire une chappe, montyer des cloisons, aménager une salle de douche et les quatre chambres.
  • aménager un laboratoire photo
  • installer une chaudière pour fournir l'eau chaude à tous les étages
  • aménager la cuisine et un bar

Première génération de stage avec Puyharas

Les premiers stages ont donc concerné la danse et la photo, dans la salle de danse frâichement aménagée, et dans le tout nouveau laboratoire photo noir et blanc, avec du matériel récupéré un peu partout (au studio Rouchon et chez Patrick Scalbert). Sergine et Jean Marie Micaud assurèrent les stages la première année, puis d'autres amis prirent le relais : Emmanuel Jérome Boré, Diane Bertrand, Eric Silvestre. Les stages duraient une petite semaine et on travaillait le matin. Tout le monde descendait à Puyharas pour les repas de midi et du soir, et le dernier jour, vendredi soir, on organisait une exposition avec certains produits des stages. Une belle occasion de faire des fêtes mémorables dont certaines se sont terminées dans la piscine, habillés, voire en bicyclette !

Au fil des années, de nouvelles disciplines furent proposées, telles que la menuiserie, comédien clown, marionnettes géantes et mime, sculpture, avec comme formateurs : Guillette Lyr, Philippe Cohen, Sarah Barberis, Eric Silvestre, Gilles Scalabre, Nack Bèze, ......

Deuxième génération : les ateliers du spectacle et de la fête

En 1981, l'ancien hôtel-Dieu se sépara de Puyharas et opta pour une nouvelle formule de stage, fondée sur le désir des participants de travailler de façon plus conséquente. Les stages duraient dix jours, et non plus cinq, et on travaillait matin et soir, ce qui permettait d'obtenir des résultats plus intéressants. Et les formateurs étaient tous professionnels.

Les stages s'orientèrent sur le spectacle et la fête et devinrent "Les ateliers du spectacle et de la fête", avec comme thèmes : les marionnettes géantes, le pantomime, le théatre, la vidéo, le jonglage, les percussions, comédien clown, le maquillage, et toujours la photo et la danse. Il y eu, entre autres formateurs, les Peabody Brothers, Jean Pierre Beauredon, Adrien Favreau, Eric Angel, ....

Atmosphère atmosphère

La fête du vieux village, et d'autres fêtes ou manifestations

Cette époque fut marquée, six étés durant, par les Fêtes du vieux village qui clôturait le stage de fabrication de marionnettes géantes et dont le souvenir dans la mémoire locale, n’est pas près de s’effacer. Il y avait dix jours de fabrication d'une grande marionnette, sur le thème de l'année, et de petites marionnettes par chaque stagiaire, sur le même thème. Une parade était organisée en ouverture de la Fête, qui partait du bas du village, serpentait dans les ruelles, et terminait sa course sur la place de l'église ou au chateau. Différtents spectackles étraient alors donnés sur les différents sites du vieux village, gratuits, et pour certyains, joués plusieurs fois, de façon à ce que l'ensemble des spectateurs puissent les voir.

La magie de cette fête était directement liée à l’imagination de Nadia et Jean Pierre Arlaud, des amis marionnettistes suisses qui animaient l’atelier de marionnettes et assuraient la direction artistique de la parade dans les ruelles du village.

La logistique était assurée par une poignée de banonais dont principalement Marie Pierre Buquet, René Esmieu, Eric Silvestre, sans oublier les amis tels que Christine Lebrun, Gaby Martin, et d'autres encore.La fête du vieux village mobilisa chaque année de plus en plus de monde. La logistique était assurée par l'équipe de l'ancien hôtel-Dieu avec la précieuse collaboration de quelques amis proches dont René Esmieu, Marie Pierre Buquet, Gaby Martin, du Syndicat d'initiatives. Sans oublier, pour les stages et la fête, la collaboration généreuse et efficace de Christine Lebrunaujourd’hui disparue, qui pallia l’éloignement progressif de Gilles et Sergine Scalabre, aux côtés d'Eric Silvestre.

Lors des fêtes du vieux village, et à diverses occasions, l'ancien hôtel-Dieu accueillit de nombreux spectacles dont ceux de : Seydina Insa Wade, Vincent Roca, Jean Pierre Beauredon, la famille Arlaud, Marc Roger, France Léa, Pianocolorifol, .....

Les stages de photojournalisme avec Gamma formation

Les stages s'enrichirent, les dernières années, d'un atelier de photo-journalisme organisé par Jack Burlot (pionnier du photojournalisme), et Pierre Jean Amar (spécialiste du noir et blanc), à travers l'association Gamma Formation, proche de l’agence Gamma. Les deux compères avaient longuement
travaillé pour mettre au point une pédagogie forte qui permette aux stagiaires d'entrer de plain-pied dans l'esprit du photojournalisme; des milliers de diapositives avaient été analysées pour en saisir les nuances techniques de prises de vue, des exercices in situ étaient proposés aux stagiaires, comme la
descente en rappel d'une petite falaise dans les gorges du Verdon, pour couvrir une prétendue intervention des pompiers, .... les stages accueillaient en juillet août des amateurs avertis, voire des professionnels, et en septembre, des pros, dont certains avaient choisi de faire ce stage très professionnel pour passer du reportage au photojournalisme.

1990, on tourne la page

Comme dit le vieil adage : "Il faut une fin à tout". Celle de l'épopée des années 70/80 de l'ancien hôtel-Dieu arriva en 1990, une année qui marqua la fin de cette période un peu folle, commencée par l'installation de Gilles, Sergine et Eric, suivie de la première restauration de l'ancien hôtel-Dieu, du mariage d'Eric, de la création de l'Atelier du Grand Jeu (la menuiserie), des stages, des ateliers du spectacle et de la fête, des stages de photojournalisme et des Fêtes du vieux village.
Après le départ de Gilles et Sergine et la privatisation des espaces dans les deux maisons, les arrivées et départs de nouveaux copropriétaires se succédèrent au fil des années.

Les maisons bénéficièrent de restaurations conséquentes, les salles de danse et de musique de l'ancien hôtel-Dieu furent rassemblées, une nouvelle petite maison fut raccrochée aux deux premières, que Grégoire reçut pour ses quinze ans, la petite maison sous l'hôtel-Dieu, puis une autre sur la place de l'ancienne église, qu'habite aujourd'hui Riose Voisin. Le chauffage central fut installé dans les deux maisons, l'atelier de menuiserie devenu restaurant se mua en salle de jeu, on fit un stage étonnant de restauration de l'habitat ancien avec un groupe constitué quasi exclusivement de femmes, on accueillit pour le Carrefour de l'artisanat rural une poignée d'africains qui défrayèrent la chronique de Banon, avec notamment les tisserands installés sur le trottoir et la gargote de Mama Sacko sur la place du village, on fêta quelques beaux évènements, mariage dans la cour, anniversaire avec ballade en montagne, concert de violoncel dans une bergerie, et spectacles à la maison. ERt puis ces dix dernières années, les maisons restèrent quelque peu sans voie ni voix. 

Et puis Christine Lebrun, Gaby Martin, Daniel Arasse, Marc Favresse, Lucille et Pierre Martel, nous ont quitté. Mais on ne les oublie pas.

Comment nous joindre

Ancien Hôtel-Dieu

Rue de l'ancien hôtel-Dieu

04150 Banon

Eric Silvestre 04 92 73 22 83 / 06 14 49 68 97 ericsilvestre@yahoo.fr,

Dominique Gros 04 92 73 27 66 /06 08 96 37 17 dg.banon@wanadoo.fr

Sylvie Blum blum.sylvie@gmail.com

Caroline Arrighi de Casanova caroline.arrighi@wanadoo.fr

Actualités

René s'est envolé

L'histoire de l'ancien hôtel-Dieu c'est en partie celle des stages et des fêtes que nous y avons organisés, en même temps que l'histoire d'une bande d'amis venus d'horizons divers, qui ont donné vie à ce petit village de Haute Provence René Esmieu était l'un de nous, ami, engagé dans la gestion muicipale, et complice de toutes les fêtes, jusqu'à cette dernière soirée tripot, en octobre. Etrange photo, dans laquelle René semble déjà ailleurs ! 

Tu restes avec nous, René, tu fais partie de notre histoire. 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Ancien Hotel-Dieu de Banon